C’est parti !

Je viens de contacter les quinze premiers inscrits pour le Fab Lab. Il ne reste plus qu’à tous se rencontrer et discuter de la suite à donner pour le projet.

Stay tuned.

Quelques nouvelles

Comme ça fait quelque temps que je n’ai pas donné signe de vie, il est temps de me rattraper.

Tout d’abord, des nouvelles du recensement des personnes intéressées par l’idée du fab lab : treize personnes (en me comptant, soyons honnêtes) se sont inscrites sur le site du sondage. C’est au delà du jalon que je m’étais posé pour continuer l’aventure, jalon qui était de dix inscrits. Il reste encore un mois avant que je ferme le sondage, n’hésitez surtout pas à faire circuler l’info.

Ensuite, j’ai passé l’après-midi d’aujourd’hui avec (entre autres) Renaud de Mauvaisin, Laurent Guerby de tetaneutral.netet Peter Wollny de la SCIC SAPIE, sur le sujet de l’accès Internet à Mauvaisin. Petite digression au sujet de cet accès Internet : l’idée est de fournir aux habitants de Mauvaisin un accès Internet par ondes radio. Une antenne les relie à un point d’accès central de Mauvaisin, et à partir de là un backbone (lien principal) relie tout ce petit monde à un point d’accès à Nailloux, présent chez un habitant volontaire. À partir de là, le lien est fait sur le réseau Internet via un abonnement ADSL/VDSL classique (plus quelques « subtilités » pour que toutes les personnes sur le lien radio n’aient pas la même adresse IP).

La première partie de l’après-midi était donc la rencontre d’un potentiel volontaire de Nailloux. Le but était de lui présenter les besoin de tetaneutral, mais aussi de savoir si son logement était en vue directe de Mauvaisin. Pour ce dernier point, le temps bretonnant et brumeux empêchait de voir quoi que ce soit.

La deuxième partie de l’après-midi fut plus technique. Se déroulant chez un habitant de Mauvaisin futur utilisateur de l’accès radio, il s’est agi d’aborder le sujet du matériel utilisé et de sa configuration. Technique, parfois à la limite de mes compétences, mais très instructif. À ce sujet, l’association est à la recherche de volontaires pour les installations, donc ne pas hésiter à les contacter.

Opération communication

Afin d’appuyer ma recherche de futurs membre pour le Fab Lab (voir le billet nommé Appel aux bonnes volontés), j’ai durant la semaine placé quelques flyers et affichettes dans différents lieux. Vous pouvez donc voir de la « pub » pour le Fab Lab aux endroits suivants :

  • Auragne
    • Mairie
  • Auterive
    • Carrefour Market
    • Foyer social
    • Mairie
    • Weldom
  • Caujac
    • Mairie
  • Cintegabelle
    • Boulangerie
    • Gare
    • Mairie
    • Pharmacie
    • Utile
  • Esperce
    • Mairie
  • Gaillac-Toulza
    • Boulangerie
    • Mairie
  • Grazac
    • Mairie
  • Grépiac
    • Épicerie
    • Mairie
  • Labruyère-Dorsa
    • Mairie
  • Lagrâce-Dieu
    • Mairie
  • Le Vernet
    • Mairie
  • Marliac
    • Mairie
  • Mauressac
    • Mairie
  • Mauvaisin
    • Chateau
    • Mairie
  • Miremont
    • Épicerie
    • Mairie
  • Puydaniel
    • Mairie
  • Saint-Quirc
  • Saverdun
    • Mairie
    • Intermarché
    • Tabac-Presse (en face de l’Intermarché)
  • Venerque
    • Mairie

Et sur Internet :

D’autres endroits sont à venir, le billet sera adapté en conséquence.

Un état des lieux (en retard)

Je viens de me rendre compte qu’entre le précédent billet (Appel aux bonnes volontés) et son prédécesseur (Passage à l’Open Bidouille Camp de Mauvaisin), il s’était passé des choses que j’ai complètement oublié de relater.

Donc, dans l’ordre :

  • J’ai rencontré fin octobre 2013 Corinne Mayer et Peter Wollny de la SCIC SAPIE. Une discussion très intéressante même si j’ai appris qu’il y avait eu une mauvaise communication et qu’ils n’avaient pas le projet de monter un Fab Lab sur Mauvaisin, mais plutôt que Renaud de Mauvaisin, propriétaire du château de même nom, pouvait être intéressé par l’idée. En revanche, ils pouvaient éventuellement m’aider (d’un point de vue conseils) concernant les organismes à voir pour la création de l’association. De plus, ils m’ont confirmé le besoin de d’abord trouver des gens pour monter une association, ce qui permet par la suite d’avoir plus de poids pour l’obtention d’un local ou de financements. Pour finir, ils ont mentionné par la suite mon projet à Renaud.
  • J’ai ensuite rencontré Renaud mi-décembre. Là aussi, discussion très intéressante, avec un interlocuteur intéressé par le projet (sans non plus pouvoir y être complètement impliqué, par manque de connaissances technique sur les sujets abordés). De plus, il m’a aussi confirmé le besoin de d’abord trouver des personnes intéressées. Quand s’est posé la question du local, il m’a dit qu’il serait possible à terme d’avoir une place dans ses bâtiments, du moins une fois que ces derniers seront restaurés. Le seuil écueil étant la connexion à Internet, Mauvaisin étant extrêmement mal desservi sur ce point. Par contre, il était en phase de discussion avec l’association tetaneutral.net afin de fournir une connexion hertzienne.

Voilà. Entre ces deux évènements et le lancement de mon appel aux bonnes volontés il ne s’est effectivement pas passé grand chose, étant donné que j’avais été assez pris par mon travail.

Appel aux bonnes volontés

Bonjour à tous.

Si vous êtes ici, c’est probablement parce que vous savez déjà que je suis dans l’optique de monter un Fab Lab dans la région d’Auterive (en Haute-Garonne). Si ce n’est pas le cas, vous pouvez jeter un œil aux autres billets de ce site. Vous y trouverez sur place l’historique de mes démarches. Je vais quand même faire un résumé rapide de là où j’en suis:

  • Je suis actuellement tout seul à porter le projet (ce n’est pas une plainte, mais un constat).
  • J’ai démarché quasiment toutes les mairies de la Communauté de communes de la Vallée de l’Ariège, à laquelle appartient Auterive, à la recherche d’un local, sans succès jusqu’à présent.
  • J’ai fait la rencontre de Renaud de Mauvaisin, un des propriétaires du château de Mauvaisin, à qui j’ai présenté le projet, ce qui a suscité son intérêt. Il y a donc une possibilité d’avoir un local à terme.
  • J’ai été pas mal pris par le travail ces derniers temps, et le projet n’avance plus.

Mais… Pour faire un Fab Lab, être seul ne suffit pas. Il va falloir être plusieurs, tant du point de vue de la gestion du Fab Lab (un noyau dur de l’association) que de membres actifs pour faire vivre ce Fab Lab. C’est pour ça que j’ai besoin de vous. Même si nous n’avons pas de locaux fixes, rien n’empêche de se rencontrer régulièrement pour parler de nos projets ou faire avancer le (futur) Fab Lab. De plus, être plus nombreux nous donnera plus de poids pour l’obtention d’un local.

Si vous êtes intéressé pour participer à ce Fab Lab, j’ai mis en ligne un formulaire qui vous permettra de vous inscrire. Même si vous n’êtes pas intéressé mais connaissez des gens qui peuvent l’être, n’hésitez pas à faire suivre le message.

Vous pouvez aussi distribuer les documents suivants :

D’un point de vue « planning », je pense laisser le sondage ouvert jusqu’à mi-mars environ, et en fonction du nombre de personnes ayant répondu, je verrai quelle suite donner au projet (et vous tiendrai bien entendu au courant).

Et je vous promets, je ne revendrai pas vos adresses mails (de toute manière, ça ne rapporte plus rien).

Passage à l’Open Bidouille Camp de Mauvaisin

Hier et aujourd’hui avait lieu à Mauvaisin un Open Bidouille Camp, une foire aux savoirs partagés dédiée entre autres au DIY. Ce sujet étant dans l’optique d’un Fab Lab, je me suis dit qu’y faire un tour pourrait être intéressant. Et bien m’en a pris.

Il y avait entre autres un atelier « accélérateur de projets » dans lequel ma femme m’a aimablement lancé (sans trop me demander mon avis 🙂 ). Le concept de cet atelier est qu’un porteur de projet présente ce dernier à un public, et que par les échanges entre les différents participants, des idées / conseils / réorientations puissent s’en dégager. La séquence est généralement la suivante :

  • Le porteur de projet présente son projet, et le résume (ou essaye de le résumer) en une question précise (5 min)
  • Le public pose des questions au porteur de projet pour avoir plus de précisions sur certains points (5 min)
  • Les membres du public échangent entre eux pour trouver des solutions / conseils, sans que le porteur de projet ne puisse intervenir, mais ce dernier prend des notes sur ce qui se dit pendant les échanges (20 / 30 min)
  • Le porteur de projet synthétise ses notes (2 min)
  • Le porteur de projet fait un retour en fonction des notes prises et de leur synthèse. Ce retour peut confirmer l’orientation initiale du projet, ou bien définir de nouvelles priorités ou de nouveaux objectifs (5 min)
  • Un dernier échange a lieu pour avoir le ressenti des différents intervenants, ou les axes d’amélioration du processus (5 min)
  • Fin de l’accélération de projet, discussions libres.

Cette méthode est présentée sur le site d’Animacoop.

Donc je me suis retrouvé à expliquer le projet devant une quinzaine d’inconnus. Et cinq minutes, c’est très court pour présenter un projet. La phase d’échange entre les membres du public m’a tout de même permis plusieurs choses :

  • J’avais oublié certains points dans ma présentation, que le public a abordés de lui même. Ça m’a permis de voir que ce que j’avais commencé à faire n’était pas à côté de la plaque.
  • Les échanges ont montré que certains point que j’avais envisagés mais sur lesquels je n’avais pas vraiment travaillé mériteraient plus d’attention / d’effort de ma part.
  • Surtout, ces échanges m’ont fait comprendre qu’il me faudrait revoir mes priorités.

Jusqu’à présent, j’étais parti dans l’optique suivante : trouver un local ou une possibilité de local, puis ceci fait, chercher des personnes intéressées et des financements. Les échanges m’ont fait déboucher sur des priorités différentes : d’abord trouver des personnes intéressées, puis des financements. Et ces deux derniers points donneront du poids à la recherche d’un local. Il me faut donc commencer à faire du bruit autour du projet et chercher de bonnes volontés pour lancer le projet.

Au fil des discussions, j’en suis venu à rencontrer une personne travaillant à la SCIC Sapie, basée à Limoux. Ils ont actuellement un projet de Fab Lab dans la ville de Limoux, mais aussi (et c’est là que ça devient intéressant) à Mauvaisin même. Comme Mauvaisin est dans la région souhaitée pour le projet de Fab Lab, je dois rencontrer cette personne afin de discuter de l’opportunité de fusionner les deux projets.

Bref, pour une journée à visiter l’Open Bidouille Camp de Mauvaisin en curieux et passer par l’accélérateur de projets un peu par hasard, je considère que je suis très loin d’avoir perdu mon temps.

C’est la rentrée

Et oui. Les vacances d’été sont terminées, de même pour la pause estivale. Il est donc temps de repartir à la recherche d’un local pour le Fab Lab.

En revanche, que s’est-il passé pendant l’été ? Pas grand chose. Partant du principe que la plupart des gens sont en congés une partie de la période, je me suis dit que j’allais moi aussi me reposer un peu. Mais il y a quand même quelques nouvelles:

  • L’espoir que j’avais eu pour la commune de Grazac ne s’est pas concrétisé. N’ayant pas eu de retour, même après relance de ma part, j’en ai déduit que le local n’était finalement pas disponible.
  • Après avoir contacté une première fois la Communauté de Communes de la Vallée de l’Arriège mi-juillet, et sans réponse de leur part, j’ai relancé aujourd’hui, en espérant être plus chanceux cette fois-ci.
  • De même pour le Club Aleva : le président doit me recontacter depuis mi-juillet, j’attend encore… Donc il faut que je le relance.
  • Ce matin, j’ai fait une demande de rendez-vous auprès des communes de Mauressac et Grepiac, j’attends donc leur réponse.
  • Sinon, j’ai été contacté pendant l’été par le responsable de l’Association l’Île qui a le projet de développer un Green Fab Lab de 400m2. Si jamais ma recherche de locaux fait chou blanc, ce Fab Lab restera donc une solution de repli.

Du positif, pour une fois

Après une série d’échecs dans la recherche d’un local pour héberger le Fab Lab, j’ai aujourd’hui eu un premier retour positif de la part de la mairie de Grazac. Même si je suis arrivé un an trop tard pour un local définitif dont ils ne savaient que faire, ils m’ont proposé un local à titre temporaire, à savoir un an.

Il s’agit d’un préfabriqué scolaire, qui n’accueillera normalement aucun élève pour l’année scolaire 2013 / 2014, et qui pourra être gracieusement prêté à l’association, les seules charges à payer étant l’électricité (chauffage + éclairage + machines). Dans tous les cas, la disponibilité du local n’est pas encore sûre, je dois être recontacté en fin de semaine pour confirmation (ou infirmation). La seule « contrepartie » étant de pouvoir réaliser des projets pédagogiques avec l’école attenante au local et les autres écoles du groupe. Pendant cette année là, il faudra quand même rester à la recherche d’un local moins temporaire.

Dans tous les cas, je continue à chercher un local plus définitif avec les mairies que je n’ai pas encore rencontrées, mais le rendez-vous de ce matin a été une éclaircie après un début un peu décourageant.

Des nouvelles de l’avancement

Aujourd’hui a eu lieu mon deuxième rendez-vous avec une mairie, celle d’Auterive.

La personne en face de moi connaissait déjà le concept de Fab Lab, ayant déjà vu une émission sur ce sujet. Elle m’a confirmé ce que je craignais, à savoir l’absence de locaux disponibles. Dans tous les cas, elle trouve le projet innovant, et que celui-ci peut apporter quelque chose au tissu économique et industriel du canton. Elle m’a ensuite conseillé plusieurs choses pour la suite du projet :

  • Continuer à contacter les mairies faisant partie de la communauté de communes de l’Ariège, ce que j’avais prévu de faire.
  • Me mettre en relation avec le club Aleva, qui est un club d’entreprise de la vallée de l’Ariège. Donc acte. Ce club peut éventuellement me permettre de trouver un local dans un local d’entreprise, et pourquoi pas des subventions via le mécénat.
  • Si jamais le premier point ne donne rien, contacter directement la communauté de communes.

Dans tous les cas, elle a conservé mon document de présentation du projet, qu’elle va transmettre au maire d’Auterive, qui est « accessoirement » le président de la communauté de communes. Nous devons nous contacter à nouveau début juillet afin de voir où j’en suis dans mes démarches.

Ce rendez-vous a été extrêmement profitable dans le sens où il m’a ouvert d’autres pistes pour la recherche de locaux et financements. Il ne reste plus qu’à mettre tout ça en pratique, et espérer que ça permette au projet d’avancer plus rapidement.

Premier rendez-vous

J’avais ce matin un premier rendez-vous avec le premier adjoint au maire de la commune de Cintegabelle.

J’ai pu lui présenter le projet du Fab Lab Sud31 (et expliquer avant ce qu’est un Fab Lab) et les besoins attendus, à savoir une salle et un début de financement. J’en ai aussi profité pour lui montrer des résultats d’impression 3D faits avec l’imprimante présente à mon travail. Il a trouvé le concept du projet intéressant, mais ne m’a pas caché la difficulté à trouver une salle disponible. Il y a une soixante-dizaine d’associations dans la commune, et une grande partie se partage les rares locaux disponibles par manque de place. Bref, il trouve (et je ne peux qu’être d’accord avec lui) que ça reste un gros projet pour une petite commune d’environ 2 500 habitants. Dans tous les cas, je dois le rappeler d’ici une petite quinzaine de jours pour savoir ce que la commune peut faire pour le Fab Lab.

Pendant ce temps, je vais prospecter la Mairie d’Auterive, même si d’après des personnes que je connais, les associations locales ont elles aussi du mal à trouver des locaux. Puis voir avec les Mairies de la communauté de communes de l’Ariège.

Ci-dessous, vous pouvez voir mon « kit de présentation du projet ».